Les Contes d’Amadou Koumba

Ecrit par Amadou Koumba, Les Contes d’Amadou Koumba est une collection de contes venant de la tradition orale sénégalaise. Ce livre est un des premières tentatives de mettre en écriture les contes oraux des ‘griots’ Wolofs et sert à informer les lecteurs Européennes de la culture Africaine. Dans ce livre, nos contes favoris étaient « Maman-Caïman », un conte d’apprentissage, et « Fari L’Annesse », un conte de métamorphose.

Birago Diop

  • 1906-1968
  • Né en Sénégal et il y habitait pendant la plupart de sa vie
  • Vétérinaire
  • Diplomat: Il était ambassadeur de Sénégal en Tunisie de 1960 à 1965
  • Ecrivain et poète
  • Il avait des liens forts avec la Négritude
  • Il écrivait tous ce qu’il avait entendu quand il grandissait dans un petit village près de Dakar
  • Il est devenu célèbre avec son poème « Souffles »
  • Il étudiait en France

Amadou Koumba

  • Conteur africain, un “griot” (un mot “colonial franco africain”)

Le Mouvement Négritude

  • Un mouvement littéraire et idéologique
  • Créé après le Deuxième Guerre Mondiale
  • L’unité des Français noirs
  • Les idées Marxiste
  • Anticolonialisme

Style de « Les Contes d’Amadou Koumba »

  • Des fables africaines
  • Il essayait d’écrire la voix d’Amadou Koumba, avec son propre style et rythme. De cette façon les contes ont un sens très naturel avec un style qui n’est pas trop stylisé
  • Diop essayait de montre la culture africaine
  • L’auteur expliquait qu’il n’a jamais imaginé ces contes, plutôt il les transcrit
  • Les protagonistes sont des êtres humains ou des animaux
  • Les animaux ont des caractéristiques humaines (ils peuvent parler, ils pensent clairement)
  • Il y a des morals
  • Des aspects comiques, réalistes et fantastiques
  • Dans quelques contes il y a des allégories
  • Les Contes d’Apprentissages
  • Les Contes de Métamorphoses

La Littérature Sénégalaise

  • La tradition orale
  • La participation du public est très importante, les histoires sont plutôt une conversation
  • Les contes que tout le monde connaît déjà
  • « En Afrique Noir, toute fable, voire toute conte, est l’expression imaginée d’une vérité morale, à la fois connaissance du monde et leçon de vie sociale » (L. S. Senghor, écrivain de la preface de « Les Nouveaux Contes d’Amadou Koumba »)
Le Wolof
  • La langue d’Afrique subsaharien
  • On parle le Wolof en Sénégal, la Gambie et la Mauritanie

Un extrait d’un entretien avec Birago Diop. Il raconte sa connaissance d’Amadou Koumba:

o.MP3

Maman-Caiman

 Résumé:

         Comme les autres contes trouvaient dans ce livre, « Maman-Caiman » est racontée par Amadou Koumba, un griot de Sénégal. La première ligne de l’histoire se lise : « Les bêtes les plus bêtes qui volent, marchent et nagent, vient sous la terre, dans l’eau et dans l’air, ce sont les caïmans qui rampent sur terre et marchent au fond de l’eau ». Selon Koumba, cette opinion était celle de Golo, ‘le singe,’ qui trouvait les caïmans bêtes puisqu’ils avaient « la meilleure mémoire du monde ». En fait, c’était la mère des caïmans, Diassigue, qui possédait la meilleure mémoire de la terre.
        Grâce à sa mémoire vaste, Diassigue était toujours en train de raconter les histoires venant de la tradition orale à ses enfants caïmans. Ces histoires étaient les « histoires d’Hommes »,  décrivant ce que les hommes ont fait pendant les vies de sa mère et sa grand-mère. Effectivement, ces histoires racontaient l’histoire, parlant de l’arrivée des ‘hommes à peau blanche’ en Afrique, et les guerres résultantes qui sont éclatées entre les Africains et les Européenes. Pourtant, influencée par les opinions de Golo, les enfants de Diassigue trouvaient ces histoires ennuyeuses et ‘bêtes’. Donc, au lieu d’écouter aux histoires de leur mère, ils les ont ignorées, pensant plutôt à leurs rêves d’enfant.
        Un jour les corbeaux qui passaient au-dessus du fleuve où les caïmans habitaient ont averti Diassigue qu’une guerre a éclaté entre Brahim Saloum (un Africain) et Yeli (un Européene). Sachant les dangers liés à la guerre, Diassigue a conseillé ses enfants de s’éloigner du fleuve. Cependant, puisqu’ils étaient ignorants des précédents passés, les enfants ont refusé de la suivre et ils sont restés chez eux.
        Au fur et à mesure que la guerre continuait, Yeli commençait à vaincre Saloum et sa famille. Après sept jours, Yeli avait tué tous les membres de la famille de Saloum, sauf son fils, qui était blessé. Vouloir prendre le fils comme captif, Saloum a appelés tous les guérisseurs pour le soigner. Pourtant, tous les soins qui lui étaient prodigués paraissaient aggraver la blessure. Finalement, une vieille femme appartenant au cour de Saloum a ordonné un remède efficace : l’application, trois fois par jour, sur la plaie, de la cervelle fraîche de jeune caïman, prises à partir des petits caïmans trouvaient à côté de la fleuve.

Morale:

La morale du conte souligne l’importance d’apprécier la sagesse des aînés et l’importance de la tradition orale. Semblablement, ce conte cherche à montrer l’importance des précédents historiques et comment l’histoire peut être pertinent dans nos vies. Par exemple, si les enfants caïmans ont fait attention aux histoires partageaient par Diassigue, ils auraient comprendre la gravité de la situation créée par la guerre entre Saloum et Yeli. Aussi, ils auraient s’éloigner du fleuve et ils ne seraient pas tués dans les efforts de soigner le fils de Saloum.

Le colonialisme :

Un thème trouvait dans ce conte, que nous avons remarqué dans plusieurs autres contes de Birago Diop, est le colonialisme. Dans le texte, le colonialisme occidental est décrit anthropomorphiquement du point de vue du Diassigue, la mère des caïmans. Elle décrit surtout la violence liée au colonialisme, racontant les histoires des guerres passées et la présence « des cadavres si nombreux que la plus goulue des familles caïmans en eût attrapé une indigestion pendant sept fois sept lunes ».

Style d’écriture:

•   Le jeux des mots: Une phrase dans laquelle Diop utilise le jeux de mots c’est dans la première phrase du conte, qui se lise: «Les bêtes les plus bêtes qui volent, marchent et nagent, vient sous la terre, dans l’eau et dans l’air, ce sont les caïmans qui rampent sur terre et marchent au fond de l’eau ». Ce phrase emploie deux différents connotations du mot « bête ». Un sens du mot fait référence aux animaux quadrupèdes. L’autre sens du mot utiliser dans la phrase est un adjectif qui veut dire ‘stupide’.
•    Utilisation du métaphore : Il y a beaucoup exemples dans le texte où Diop utilise le métaphore pour faire des descriptions. Par exemple, quand l’enfant de Diassigue demande pourquoi elle se tient au conflit entre les hommes (puisqu’elle est seulement une bête), elle répond : « Mon enfant, l’herbe sèche peut enflammer l’herbe verte »,  signifier que les problèmes des hommes peut causer les problèmes pour les caïmans, même s’ils sont des espèces différentes.

L’importance du numéro ‘7’ :

•    En lisant ce conte nous avons remarqué que le numéro sept est indiqué en référence plusieurs fois.  Par exemple, Diassaigue dit que les cadavres laissés par les guerres entres les Africains et les Européennes ont causé une indigestion pour les caïmans les plus goulus qui ont duré entre « sept fois sept lunes ». De plus, le conflit entre Saloum et Yeli a duré sept jours et c’était sur le septième jour que le fils de Saloum était capturé.
•    L’importance de numéro sept dans la culture africaine : Dans quelques cultures africaines le numéro sept est un symbole de la perfection. La raison pour cette croyance est, que dans ces cultures, le numéro quatre représente une femme et le numéro trois représente un homme, et 4+3=7, la combinaison ‘parfaite’.

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: